Intégrer la dynamique sportive dans l'entreprise - Tendances | Plaisir du Sport En Alsace
FB Instagram
Rêver, vibrer, s'épanouir par une lecture différente du sport nature et outdoor en Alsace !
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Evolution de la pratique
Multisports
able_1.jpg

Intégrer la dynamique sportive dans l'entreprise

Booster l'enthousiasme et l'efficacité des collaborateurs, diffuser une image dynamique, partager le goût de l'effort : tels sont les principes éminemment positifs que la pratique sportive permet de poser pour les entreprises.

Alors que de nombreux patrons n'ont toujours pas intégré le bien-fondé d'avoir des collaborateurs sportifs dans leurs équipes, que d'autres se demandent encore comment faire pour inciter leurs employés à se dynamiser par le sport, pour certains - une minorité - le sport dans l'entreprise coule de source.

Il en est ainsi à Obernai, chez ABLE, spécialiste de l'emballage carton, du packaging et de la PLV. Les trois codirigeants de la société ont simplement montré le chemin en étant eux-mêmes très sportifs, tenants du vélo-taf ou des pauses sport à midi. Ils encouragent volontiers leurs salariés à toute activité physique, qui tend à contribuer au bien-être de chacun dans l'entreprise.

Les conséquences rejaillissent sur la bonne marche de l'entreprise : dynamisme de l'équipe d'une part, liberté d'action et plus grande motivation d'autre part. Une façon pour ABLE de démontrer que la confiance partagée et la réalisation d'objectifs sur le plan individuel donne de l'assurance et du mordant à toute l'équipe - pour la réussite de tous. 

 L'équipe able au triathlon d'Obernai 2016

Chez ABLE : une équipe d'entreprise sportive, qui partage les bons moments, comme ici sur le triathlon d'Obernai de juin 2016. De gauche à droite : Marc Deiber, Stéphanie Ruffenach, Clément Guntz, Marie-Paule Obri.

Faire du sport pour travailler dans les meilleures conditions possibles

Nous ne serions que 13%, en France, à pratiquer un sport sur le lieu de travail. Un score moyen que, fort heureusement, certaines entreprises dépassent allègrement.

C'est le cas à Obernai, où la société ABLE, spécialisée dans la conception, fabrication d'emballages carton, packaging et PLV, compte "entre 8 et 12 personnes selon les saisons qui pratiquent un sport sur le lieu de travail", indiquent les trois codirigeants, David Zelaznik (51 ans), Eric Heisser (46 ans) et Marc Deiber (45 ans). Eux trois compris, cela s'entend. Sur un effectif de 18 personnes, cela représente "entre 45 et 66% du personnel", calcule Marc, triathlète compétiteur et également amateur de cyclisme, VTT, kitesurf, snowboard et ski de rando.

Si ces patrons sont ouverts à la pratique sportive sur le lieu de travail, c'est d'une part parce qu'ils pratiquent eux-mêmes régulièrement course à pied, vélo ou natation ; d'autre part parce qu'ils ont compris depuis longtemps que "le sport est un excellent antistress, qui génère en outre une bonne ambiance entre collègues". Une étude (Goodwill management) de septembre 2015 portant sur l'impact économique de l'activité physique et sportive (APS) sur l'entreprise, le salarié et la société civile a ainsi conclu que "l'activité physique et sportive améliore la sérénité (ou réduit le stress), ce qui augmente l'efficacité." 

Chez ABLE, Marc confirme : "le sport est motivant et valorisant, quels que soient le niveau de pratique et les objectifs de chacun". Il n'y a donc pas de minimum requis, ce qui permet d'envisager et de tester de multiples combinaisons. Peut-être encouragés par le modèle de leurs dirigeants, mais mus aussi par une sorte d'émulation collective, les sportifs ABLE s'adonnent volontiers à "la course à pied, le VTT, le vélo de route, la marche sportive, la natation, en piscine et dans les lacs". Une pratique facilitée par les lieux, puisque "nos bureaux sont situés dans un site nature", proche du vignoble, à quelques pas de la forêt, donc de terrains propices au VTT ou au trail, tout comme de pistes cyclables.

Obernai : un écrin pour une pratique sportive outdoor

 Depuis Obernai, les sentiers qui mènent en forêt, ou dans le vignoble, s'adaptent particulièrement bien à une pratique outdoor : course à pied, vélo, VTT... © Crédit photo : Office de Tourisme d'Obernai.

L'équipe ABLE

Le VTT : une pratique à laquelle s'adonnent (de gauche à droite) Eric, Michel, Marc, Philippe et Stéphanie à l'heure du déjeuner.

Favoriser un échange équilibré entre bien-être du salarié et bonne marche de l'entreprise

Dans la démarche que poursuit ABLE, ce qui prime avant tout est de favoriser les échanges "en dehors du bureau, et aussi entre services différents". Il ne fait aucun doute en effet pour Marc que la pratique sportive permet "plus de respect, une plus grande ouverture d'esprit - elle permet de connaître les personnes avec qui l'on travaille différemment".

Avec des avantages évidents à la clé pour l'entreprise : "cela permet un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, apporte plus de motivation, plus de sérénité - et, surtout, moins d'absentéisme".

De plus, les collaborateurs sportifs disposent de qualités essentielles qui comptent pour la bonne marche de l'entreprise : "ils apportent enthousiasme, dynamisme, persévérance et bonne humeur !" constatent les codirigeants. "Chacun contribue à véhiculer une bonne image de dynamisme vis-à-vis de l'extérieur, que ce soit en direction de nos fournisseurs, de nos clients, ou de tout autre contact..." Cela ne s'arrête pas au cadre strictement professionnel, puisque, parfois, la pratique sportive permet "des rencontres sur les lieux de compétition, avec des clients, des fournisseurs, dans une bonne ambiance car on est dans un cadre autre que le contexte du travail".

Quelles que soient les circonstances de la pratique sportive, et si le lien se tisse naturellement en faisant du sport ensemble, "il n'y a pas de rapport explicite travail-sport, justement pour que cela permette de déconnecter", souligne Marc. "Rien n'est imposé, tout est libre." En termes de management, c'est comme si le modèle sportif prenait l'avantage sur une quelconque rigueur administrative : travailler ensemble devient naturellement plus fluide, les personnes se fédèrent d'elles-mêmes, n'imposent pas mais, au contraire, réfléchissent ensemble et sont solidaires.

Clément Guntz, commercial chez able et performant en course à pied

L'étude Goodwill management de septembre 2015 a analysé l'impact économique de l'activité physique et sportive (APS) sur l'entreprise, le salarié et la société civile : elle a montré qu'un collaborateur sédentaire qui se met à pratiquer une APS peut voir sa productivité croître de 6 à 9% selon l'intensité de sa pratique. Clément Guntz, responsable commercial chez ABLE, peut certainement en parler : parti de zéro en course à pied en 2013, il finit vainqueur de l'édition 2016 du Marathon du Vignoble d'Alsace.

Donner les outils et responsabiliser chacun

La pratique du sport utilisé comme booster d'échanges se déplace même en dehors de l'entreprise, surtout sur un plan commercial : "les contacts commerciaux avec d'autres sportifs se déroulent en général très bien, car en plus de la partie business il y a des échanges qui se créent aussi sur le sport. De plus, il nous arrive de faire des séances de vélo ou de natation avec des fournisseurs. Ou des clients. Or une sortie affaires en montant au Sainte-Odile en vélo est tout aussi agréable que de rester deux heures à table au restaurant." Et même si le lien de cause à effet n'a pas été directement établi, "je suis persuadé que notre énergie et dynamisme sportif ont déjà aidé à signer des contrats", souligne le codirigeant.

Quant à profiter du système, il n'en est nulle part question. Marc considère avec philosophie et bienveillance que "la limite, c'est celle que chacun se fixe en fonction de son poste dans la société, et de sa charge de travail. Les horaires sont flexibles". À chacun, donc, de s'adapter pour remplir ses objectifs. "Nous avons bien entendu des horaires de bureau pour les sédentaires, mais c'est plutôt souple : revenir 15 minutes plus tard du déjeuner et récupérer le soir ou un autre jour convient à toute l'équipe. C'est comme tout : la souplesse est possible à partir du moment où il n'y a pas d'excès et où chacun respecte les règles en place."

Enfin, pour les patrons encore indécis quant à la question sportive, mais qui veillent à respecter les lois, un dernier argument vient soutenir la démonstration : dans le cadre de l'obligation de l'entreprise de veiller sur la santé du salarié, le sport est un véritable atout. Marc a largement constaté que "le sport participe forcément au bon état de santé de tous". L'incitation à la pratique sportive est par ailleurs très simple à mettre en place : "nous avons équipé les locaux de douches et de vestiaires hommes/femmes." En dehors de cela, aucun financement n'est pas prévu : "nous n'attribuons pas de moyens personnels, mais nous sponsorisons certains de leurs clubs sportifs".

Est-ce à dire que l'on ne tire que des bénéfices d'une pratique sportive en entreprise ? L'exemple d'ABLE, cette PME au tempérament dynamique et très à l'aise dans ses baskets, est là pour montrer qu'à n'importe quel moment, il devient en tout cas possible de faire bouger les lignes : la ligne d'horizon d'abord, les courbes de dénivelée ensuite, et, pour finir : la courbe de chiffre d'affaires... Et si c'est cette dernière qui vous tient particulièrement à coeur : commencer par faire bouger tout le reste !

Le Mont Sainte-Odile : but de parcours de VTT, course à pied qui se partagent même avec les fournisseurs et clients

Le sport permet d'atténuer la frontière entre vie privée et vie professionnelle, avec des échanges à la fois sportifs et business qui se créent par exemple à vélo plutôt qu'autour d'une table de déjeuner. Une prise de conscience que le bien-être se passe aussi dehors, dans l'effort partagé, au travers de liens qui tendent vers l'authenticité. L'Alsace, dans son extrême diversité, est un territoire qui contribue à ce que tout cela soit ou devienne possible.


L'entreprise ABLE SAS en quelques données

  • Activité : emballages carton, packaging et PLV
  • Siège social : Obernai (67)
  • Année de création : 2000
  • CA annuel (2016) : 17M€
  • Effectif : 18 personnes
  • Projets sportifs 2017 : en juillet, Eric, Marc et Clément, seront au départ de l'Ironman de Francfort.

Profil sportif des dirigeants :

Co-dirigeant able David Zelaznik

  • Âge : 51 ans
  • Sports pratiqués : course à pied loisirs, ski loisirs

Co-dirigeant able Eric Heisser

  • Âge : 46 ans
  • Sports pratiqués : course à pied en compétition, triathlon en compétition

Marc Deiber

  • Âge : 45 ans
  • Sports pratiqués : triathlon en compétition, cyclisme, VTT, kitesurf, snowboard, ski de rando

 Les occasion sportives chez ABLE :

L'équipe des marcheuses : Myriam, Valérie et Sonia

 

Marc lors de l'un de ses nombreux Ironman

Eric lors du Raid Courrier Sud au Maroc

Clément sur le semi-marathon de Saarbruck (Allemagne)


Pour aller plus loin...

Une date parisienne pour comprendre l'évidence de promouvoir le sport en entreprise : développer et promouvoir le sport en entreprise est au coeur des rencontres pep'Sport, qui auront lieu pour une seconde édition à Paris le mercredi 27 septembre 2017.

Les thèmes 2017 ne sont pas encore définis, mais les objectifs sont de démontrer les bienfaits sur la performance de l'entreprise de la pratique sportive des salariés ainsi que la pertinence du lieu "entreprise" pour informer sur ces bénéfices.

Pour information, les thématiques abordées en 2016 étaient :

Sport et responsabilité sociétale des entreprises

  • Le sport, une autre manière de manager
  • Quels indicateurs de Qualité de Vie au Travail (QVT) pour quelle performance ?
  • Le handisport, une force pour l'entreprise
  • Du fitness au bien-être au travail

Méthodologie et bonnes pratiques

  • Quand le sport s'invite à la stratégie des entreprises
  • La santé en entreprise : prévenir et guérir les risques physiques (TMS) et psychologiques (RPS)
  • Créer du lien social entre vos collaborateurs et valoriser sa marque : focus sur les courses d'entreprises
  • Promouvoir le sport santé/bien-être au travail : quels facteurs clés de succès ?

Innovations sociales et technologiques

  • Pratiquer une activité physique pour réduire l'absentéisme
  • Nouveaux usages du sport en entreprise pour la formation professionnelle
  • L'impact du digital dans le sport en entreprise
  • Quand le sport s'adapte aux besoins de l'entreprise

Pour suivre l'actualité des rencontres pep'Sport : http://www.pepsport.fr/


L'auteur,
Elyse Moreigne

Editrice de Plaisir du sport en Alsace, passionnée de langages écrits, nageuse, coureuse et randonneuse, parfois triathlète, engagée pour valoriser la pratique sportive en Alsace en tant que source de bien-être, d'enthousiasme, de dépassement de soi !
.

Cet article n'a pas encore été commenté.

Commentez cet article

Référence de l'article : Erreur

Votre nom :

Votre adresse e-mail (elle ne sera jamais affichée) :

Votre site web :

Votre message :

Important : confirmez votre email* :

..

Insérer une partie suggestions