Karine et le pouvoir magique de la course à pied - Portraits | Plaisir du Sport En Alsace
FB Instagram
Rêver, vibrer, s'épanouir par une lecture différente du sport nature et outdoor en Alsace !
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Féminines
Course à pied
Karine_A_accueil.jpg

Karine et le pouvoir magique de la course à pied

Karine, 40 ans, s'est mise à la course à pied début 2014. Comme de nombreux runners, cette maman strasbourgeoise avait initialement un objectif d'apparence simple : maigrir.

Pour elle, il ne s'agissait pourtant pas de perdre seulement quelques kilo superflus, mais plutôt quelques dizaines, puisque le surpoids de Karine était conséquent. Et là où d'autres auraient jeté l'éponge d'avance, la jeune femme a le cran de réagir : elle commence un régime, s'y tient, se met à courir - perd 40kg en l'espace de deux ans et demi !

Du courage bien dosé, de l'effort sans compter ont fait de Karine une athlète qui se mêle désormais aux compétitions. Sa place ? Vers la fin... Mais qu'importe : Karine va jusqu'au bout - et pour elle, il n'y a que ça qui compte.

 

Karine, dossard numéro 23, sur la Course de l'Espace, le 19 septembre dernier.

Retrouver un poids de forme

Karine est l'exemple-même de la nana qui ne se laisse pas abattre. Alors qu'elle était en fort surpoids, elle décide de se prendre en mains, pour obtenir, après 2 ans et demi d'efforts, un sacré résultat : "J'ai perdu 40kg en suivant un régime Weight Watcher et en me mettant au sport", confie-t-elle tout sourire, quelques instants après l'arrivée de son premier 10km en compétition, sur la Course de l'Espace à Schiltigheim.

Son rêve était de voir disparaître son ventre, sa "bouée", qu'elle traînait depuis sa jeunesse - avec l'objectif de perdre suffisamment de ventre pour faire réaliser une abdominoplastie. Pour parvenir à cet objectif, elle a dû se mettre au sport, en complément d'une alimentation revue.

Ses tout premiers pas de sportive, elle les vit dans l'intimité, devant son écran de télé, avec "des programmes américains de fitness (de type P90X ou encore Body Shred)". Un moyen comme un autre de se mettre en condition, et surtout de se familiariser avec l'activité physique.

Par la suite, elle s'inscrit en salle "où j'ai fait beaucoup de cardio, du vélo elliptique et vélo, toujours complété par de la musculation. Mon but était de maigrir, maigrir, maigrir encore". Ses collègues, qui la raillaient lorsqu'elle avait démarré son régime, sont stupéfaits : "voyant mon engouement pour le sport, ils me proposent de me mettre au running."

Poussée par cette suggestion, Karine réalise ses premières foulées en mars 2014 : "3km le premier jour, puis 4km le deuxième jour, et ainsi de suite". Ce nouveau programme d'entraînement-minceur convient bien à Karine, qui s'habitue peu à peu à l'effort. "J'avançais comme un escargot : à 4km/h ! Mais j'avais tellement envie de maigrir pour atteindre mon objectif que j'y allais trois fois par semaine !"

Deux des filles de la joyeuse équipe de Karine - qui les précède légèrement - talonnées par le vélo balai, alors que la voiture ouvreuse annonce les coureurs en tête de la course qui entament leur deuxième tour.

Aller simplement au bout

L'effort plaît tellement à Karine qu'elle abandonne la salle de sport, et prend le pli de ses trois séances hebdomadaires de running. "Je mets mes écouteurs et j'y vais. J'ai dû apprendre à courir seule parfois - et j'en étais ravie", admet-elle.

À force d'entraînement, la vitesse augmente : "Aujourd'hui, je cours à plus de 8km/h, avec une vitesse maximale à 10km/h." Encouragée par de tels progrès, Karine n'a "jamais lâché".

Elle décide même d'aller plus loin, se met à la compétition en octobre 2014, dans le contexte solidaire de La Strasbourgeoise. "Je me suis donnée à fond sur la course, mais nous étions trop nombreuses et je n'ai pas pu faire de performance. J'étais super déçue parce que je voulais faire un finish mémorable avec ma copine Sandrine. Or le finish, c'était 10 minutes avant l'arrivée, et ça plus jamais." C'est peut-être pour cette raison qu'elle mettra presqu'un an à y retourner, en enchaînant Elektro-Dash 5K début septembre 2015 puis la Course de l'Espace, sur 10km.

Sur ces courses-là, Karine n'est pas seule : "je pense que ceux qui tiennent à m'accompagner, même quand ils n'ont pas couru depuis longtemps, viennent pour me permettre de tenir sur la distance", admet-elle. "Parce qu'on a beau dire : l'entraînement, c'est une chose", mais se mêler à d'autres compétiteurs plus performants, et "faire une course officielle, c'est différent et très difficile."

Concentrée sur sa course, Karine veut juste tenir bon - grâce aux encouragements de ses amis et collègues. Ce qu'elle fera, en 1h14, avec, entyre autres, Karine, Sandrine et Nawal.

Dépasser les difficultés

Même si elle a parcouru un chemin énorme, Karine a encore une marge de progression devant elle. Elle en est consciente, et a envie d'aller plus loin : "J'essaie de gagner en endurance car mon but est de participer et de finir un semi-marathon". Là non plus, il ne sera pas question de performance - un détail dont Karine ne s'encombre pas : " le but est de finir ma course."

Ce nouveau challenge s'inscrit dans la continuité d'une démarche individuelle et courageuse, puisque personne ne la croyait capable d'arriver à tenir ne seraient-ce que deux jours. Or "je tiens encore 2 ans et 6 mois après !" annonce fièrement notre runneuse.

Karine sait que, malgré toutes les difficultés, son mental d'acier et l'envie d'arriver au bout lui ont permis de poursuivre et de tenir bon. "Les copains sont ébahis de mes progrès et surtout que j'aille jusqu'au bout. J'ai la rage et je ne lâche jamais, même si je suis en souffrance."

Et même si son chemin a été long, il se pourrait bien qu'il ne fasse que commencer, car prise au jeu, celle qui a pour principe de ne jamais baisser les bras pourrait bien vous étonner par ses progrès fulgurants.

Quel que soit son rythme de croisière, nous souhaitons à Karine une belle route, et un très beau semi-marathon en 2016, "probablement sur les courses de Strasbourg-Europe, au Wacken, ce qui sera l'aboutissement de mon parcours et la preuve que je n'ai pas fait tout ça pour rien. D'ici-là, je compte bien faire d'autres courses officielles." Et d'ici-là, nous serons ravis de la croiser ou de l'encourager - ainsi que toute sa joyeuse équipe.

Une transformation fulgurante. En décembre 2014, "je m'étais bien affinée et j'avais bien évolué niveau course". L'abdominoplastie a eu lieu en janvier 2015. Une sensation formidable, "d'être enfin débarrassée de cette bouée que je traînais depuis ma jeunesse, un moment tellement incroyable que je n'ai pas osé toucher mon ventre pendant deux jours !"


L'auteur,
Elyse Moreigne

Editrice de Plaisir du sport en Alsace, passionnée de langages écrits, nageuse, coureuse et randonneuse, parfois triathlète, engagée pour valoriser la pratique sportive en Alsace en tant que source de bien-être, d'enthousiasme, de dépassement de soi !
.

Cet article a été commenté 8 fois

De : Amandine, le 16/10/2015 à 11h19min37s |
Un bel exemple pour tous!! J'ai été témoin de ton parcours et en reste admirative! Gros bisous ma Karine ne lâche rien!!
De : sonya, le 16/10/2015 à 11h28min02s |
Wouahou ma Karine tu es un exemple pour beaucoup d entre nous. Je t admire tu ne lâche jamais. ..
De : Chumbeca, le 16/10/2015 à 16h24min18s |
Trop fière de toi ma Karine Bisous
De : Isabelle, le 16/10/2015 à 16h46min43s |
Trop fière de toi ma cousine!!! kimbé rèd, pa moli (Tiens bon, accroches-toi)
De : Rachel, le 16/10/2015 à 19h37min35s |
Bravo ma Karine !!! Sois fiére de ton parcours et de ta motivation !!!
De : joseph, le 16/10/2015 à 20h30min55s |
une merveilleuse leçon de vie, et tout cela avec un sourire et une vitalité extraordinaire, un seul mot: Respect!
De : cédric, le 16/10/2015 à 20h40min24s |
Bon allez, on arrête de parler aux journalistes et on remet les baskets ! ;) Super article !
De : Elyse Moreigne, le 17/10/2015 à 10h26min21s | http://sportenalsace.fr
Merci à tous pour vos commentaires, et merci de votre soutien à Karine : elle le mérite vraiment !
Commentez cet article

Référence de l'article : Erreur

Votre nom :

Votre adresse e-mail (elle ne sera jamais affichée) :

Votre site web :

Votre message :

Important : confirmez votre email* :

Suivez-nous sur Facebook !

Insérer une partie suggestions