Anne : une randonneuse accro, super positive et débordante d'énergie ! - Portraits | Plaisir du Sport En Alsace
FB Instagram
Rêver, vibrer, s'épanouir par une lecture différente du sport nature et outdoor en Alsace !
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Féminines
Randonnée tous niveaux
Anne_randonneuse_8.jpg

Anne : une randonneuse accro, super positive et débordante d'énergie !

Ne jamais - ô grand jamais ! - se prendre au sérieux : telle pourrait être la devise d'Anne.

Cette jeune femme de 34 ans, randonneuse globetrotteuse, est d'un tempérament déterminé et d'une nature très curieuse - en dépit parfois des risques encourus. Ne disposant en effet que d'une seule main - son bras gauche étant de naissance atrophié - elle s'amuse à investir des lieux que même des personnes totalement valides n'oseraient pas tenter.

Rarement sage et disciplinée, l'indépendante Anne taquine ceux qui l'accompagnent dans ses randonnées avec toujours un brin d'insolence et de provocation - à seul dessein de rire, et de profiter de bons moments.

Ne garder que rarement la langue dans sa poche, c'est sa façon à elle de dire que les apparences n'ont aucune valeur, qu'elle s'en affranchit totalement - et qu'intérieurement, elle est un sacré numéro ! Vous qui le pouvez, accrochez-vous bien avec vos deux mains - Anne arrive !

 Anne la randonneuse

Bouger et s'adapter, quelle que soit la difficulté à surmonter

Anne est originaire de Ballersdorf et habite à Dannemarie. "Je suis une pure sundgauvienne", clame avec fierté la jeune femme de 34 ans qui ne manque ni de franc-parler, ni d'audace. Ce caractère, elle le doit à une envie farouche de tout positiver. Pourtant, il aurait pu en être autrement, puisque, de naissance, Anne a un handicap qui donnerait du fil à retordre à de nombreuses personnes : son bras gauche est incomplet - il s'arrête au niveau du coude.

Loin de la faire douter de ses aptitudes sportives, ce détail de son anatomie n'a jamais empêché Anne de pratiquer de nombreuses activités. Elle démarre au collège avec "le tennis de table. C'était sans prétention : j'y allais surtout pour retrouver mes amis du village". Plus sérieusement, "j'ai toujours adoré faire du vélo. Entre 15 et 23 ans, tout était bon pour parcourir mon Sundgau, le territoire de Belfort et la Suisse en VTT. Je réalisais au minimum 35km. Mon record a été de 80km, toute seule, entre Ballersdorf et Porrentruy, en Suisse."

Vers 20 ans, la demoiselle se met au badminton, "juste pour le plaisir, sans faire de compétition" Au fil du temps un peu de roller aussi, et désormais, "quelques balbutiements en squash, ainsi que, de temps à autres, quelques bonnes longueurs de natation - 800 mètres pour l'instant".

À une main, aucune difficulté ne semble arrêter la curiosité et la détermination de notre sportive : bien au contraire. Elle s'adapte, et, vaille que vaille, continue à avancer. "Je vis très bien mon handicap et j'en parle très librement, puisque c'est de naissance". Et malgré certains regards parfois insistants et désagréables, Anne assume totalement son droit à l'originalité, aussi bien physique qu'intellectuelle.

Dans sa pratique sportive, "ça n'a jamais été un obstacle". Sauf qu'à chaque rentrée scolaire, "mes profs de sport ne savaient pas trop comment gérer mon cas. Moi, je faisais à ma façon - et finalement ils étaient contents du résultat." La preuve que dix doigts ne sont pas nécessaires pour être parfaitement compétent et autonome.

Anne la randonneuse

Anne a un caractère bien trempé et une motivation qui vient à bout de chaque obstacle. Son tempérament dynamique lui permet de négocier à sa façon tous les virages qui se présentent sur son parcours.

Une soif d'exploration

Attrapant fermement de sa main unique toutes les bonnes choses que la vie met à sa disposition, Anne va de découverte en découverte. 

La randonnée est ainsi venue à elle il y a huit ans - et ne l'a plus quittée depuis : "Je venais de déménager à Agen, où j'ai habité pendant quatre ans. Membre de l'AVF, (Accueil des villes françaises), je me suis intéressée à la section randonnée, pour mieux connaître la région et rencontrer de nouvelles personnes. Alors tous les lundis après-midi, je retrouvais un groupe d'environ 15 personnes. Nous marchions une dizaine de kilomètres. Il y avait beaucoup de retraités, c'est vrai, mais quelle ambiance !"

En mode solo, Anne a essentiellement commencé par de la rando urbaine, selon un principe systématique : "je me déplace en train pour visiter les villes et villages du territoire. J'arrive le plus tôt possible et je rentre toujours avec le dernier train de la journée, pour en profiter au maximum". Première étape de ces virées d'un jour : "l'office de tourisme pour avoir le plan de la ville, une idée de circuit touristique avec château ou musée. Lorsque j'ai encore le temps, je termine par un lieu en hauteur pour avoir un beau point de vue sur la ville. Je finis souvent en courant pour ne pas rater mon train !"

Au fil des ans, et grâce aux réseaux sociaux, "j'ai découvert avec énormément de plaisir les rando 100% nature. Je me laisse guider à travers les Vosges, le vignoble, la Forêt Noire, le Jura et la Suisse aussi, en groupe, dans la joie et la bonne humeur, tous contents de se retrouver régulièrement."

Attirée par la découverte des paysages, des spécificités locales, Anne aime randonner partout. "Tout est bon pour découvrir de nouvelles contrées, voir des lacs, des châteaux, des cascades, de beaux points de vue. J'aime allier le plaisir de se dépasser tout en découvrant au fil des kilomètres des grottes, ou des ruines, ou des curiosités naturelles."

Anne la randonneuse

Le château de Chambord - une étape de ses pérégrinations dans les villes et villages français.

Profiter de chaque occasion

Notre randonneuse n'hésite jamais à se lancer dans l'aventure. "J'aime marcher seule pour aller où bon me semble, à mon rythme, en allant souvent finalement plus loin que ce que j'avais prévu initialement", indique-t-elle. Un jour, "je suis partie de Port-Bou à la frontière espagnole et j'ai rejoint Cerbère, en France. J'ai marché, sur quelques kilomètres, à travers les montagnes, sans aucun plan, complètement au pif !"

Son talent d'improvisation n'a d'égal que son envie d'aller toujours plus loin. Ainsi, si elle est déjà arrivée à une certaine altitude et qu'elle n'a pas encore atteint le point culminant, Anne se dit "pourquoi pas aller plus haut ? Je n'ai personne pour me dire stop on rentre, alors je décide go, on continue." Elle qui est déjà montée "au sommet du Canigou dans les Pyrénées, avec mon père et des amis, quand j'avais une dizaine d'années", n'a qu'une envie : que ça dure le plus longtemps possible.

Autre preuve d'un besoin insatiable de découvrir : lorsqu'elle était sur la route la ramenant d'Agen à l'Alsace, "pendant mon déménagement, je me suis arrêtée au Puy de Dôme : je suis allée jusqu'au sommet à pied, et j'ai ensuite repris le volant". C'est ça la philosophie de notre randonneuse : ne rater aucune occasion. Car chacune est source d'enrichissement.

Elle emmagasine ainsi les souvenirs, comme sa découverte du port de Vénasque dans les Pyrénées, à la frontière espagnole. Ou encore la fois où, avec son compagnon, elle grimpe 1100m de dénivelée : "c'était notre première randonnée, dans la neige, au-dessus de Grindelwald en Suisse avec l'Eiger et la Jungfrau en face de nous". En plus : "c'était le 21 décembre 2012, soit le jour de la fin du monde (prévue par les mayas !) !" D'autres voyages l'amènent "sur les falaises d'Edimbourg en Ecosse, sur la Soufrière en Guadeloupe", ou encore "à profiter d'une magnifique rando-raquettes à Avoriaz".

Avec un effet immuable : "la randonnée agit comme une thérapie", évoque-t-elle. "Quand je marche, je me sens dans mon élément. Cela me permet d'accéder à un réel bien-être intérieur. Je m'aère l'esprit, alors j'oublie tous mes problèmes. Et si, en fin de journée, je suis vidée physiquement, je me sens mentalement revigorée et pleine de pensées positives". Dans ces moments-là : "la vie est belle, et surtout je suis prête à recommencer dès le lendemain."

Anne la randonneuse

Anne part à la conquête des paysages, va toujours plus loin, se sent pousser des ailes - et redescend revigorée des sommets.

Anne la randonneuse

Profiter des rando-raquettes en hiver : "avec toute la neige, c'est juste magnifique".

Des exploits personnels - et de nouveaux objectifs

Anne n'a pas d'ambition sportive démesurée. "Actuellement, je peux faire une trentaine de kilomètres de randonnée sur une seule journée. Je marche presque tous les samedis et dimanches. De plus, j'ai un travail qui me fait marcher : je distribue des prospectus en boîtes à lettres pour Médiapost".

Avec un certain cumul de kilomètres au compteur, elle a déjà goûté à des exercices considérés comme périlleux : "J'ai fait le sentier des roches en partant du col de la Schlucht l'année dernière, en groupe, et sans aide. J'appréhendais ce sentier, car beaucoup de personnes m'avaient déconseillé de l'emprunter, puisque ça risquait d'être trop dangereux pour moi. Mais je l'ai fait sans difficulté. J'étais presque déçue car je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus technique !"

Une autre expérience aurait pu demander davantage d'adaptation : "j'ai suivi un parcours, en groupe, en Suisse, au Crans-Montana. Toutes les mains courantes étaient à ma gauche, donc inutilisables pour moi. Heureusement, je n'ai pas le vertige : j'ai presque tout traversé les mains dans les poches - bon, ok, la main dans la poche !" se moque-t-elle d'elle-même. Le Chasseral en Suisse a été un autre défi : "à cause des nombreuses échelles. Heureusement, je n'ai aucun problème pour monter ou descendre les échelles à une main."

Et quand elle est seule, Anne s'amuse quand même à "escalader des grottes, des ruines, pour visiter l'intérieur, et après je me dis : et maintenant, comment je redescends ?" Anne sait qu'avec "l'envie, et surtout de la volonté, on peut tout faire !" Alors elle s'engage, sans renoncer. Ainsi, prochainement, "je ferai le Tour de la vallée de la Thur. Je ne vise pas le grand tour de 96km, le 40,2km me suffira amplement".

Et après ? Il y aura toujours d'autres choses à découvrir, car "du moment qu'il y a des sommets à franchir, des châteaux à découvrir, ou des lacs à contempler, je serai toujours dans les parages - dans le monde entier !"

C'est une évidence pour Anne : "On n'a qu'une seule vie : il faut en profiter à fond !" Quand est-ce qu'on s'y met tous ?

Anne la randonneuse

Blagueuse, positive, Anne profite de chaque moment, chaque occasion pour rire et se sentir bien.


L'auteur,
Elyse Moreigne

Editrice de Plaisir du sport en Alsace, passionnée de langages écrits, nageuse, coureuse et randonneuse, parfois triathlète, engagée pour valoriser la pratique sportive en Alsace en tant que source de bien-être, d'enthousiasme, de dépassement de soi !
.

Cet article a été commenté 7 fois

De : brogli bertrand, le 08/06/2016 à 09h30min46s | facebook
Bonjour,super article et bel exemple de personne qui croque la vie a pleines dents malgré leur handicap.Je cours et fait du vélo avec une personne qui est dans le meme cas que sauf lui a un bras mort(accident de travail).Je suis admiratif de la volonté et du courage de cette personne a affronté les difficultées de la vie . Jamais de plaintes,toujours présent pour affronter un chemin dur en montagne.Je ne lui dit pas souvent que je l'admire car comme il dit 'je ne veux pas de la pitié des gens,je veux vivre 'normalement '.Voila ceux sont de bels exemples .
De : Brotinde , le 08/06/2016 à 10h04min21s |
J'adore cet article il manque notre virée à montcuq, les nombreuses visite que l'on a fait lors de notre séjour en Égypte et les nombreuses visites débiles que l'on a pu faire un peu partout. J'ai fait la connaissance d'Anne il y a maintenant bientôt 10 ans et je regrette beaucoup son retour en Alsace!
De : Diane et Alicia, le 09/06/2016 à 11h50min23s |
Magnifique description totalement fidèle à la personnalité d'Anne !
De : lionel, le 09/06/2016 à 13h54min21s |
Incroyable ma Rolly est incroyable !!! J'ai parfois du mal à suivre (même avec 2 mains) mais c'est comme cela que je l'aime !!!
De : CLAUDIA, le 11/06/2016 à 17h50min17s |
Rolly tu nous donnes du courage !
De : Alex, le 30/06/2016 à 16h12min08s |
Oui, la Rolly-A-titude ! C est admiratif, une belle énergie et surtout une "plaisanterie des réealites" qui font oublier tous soucis, tant pour elle que pour ceux qui l accompagne.
De : Martine, le 08/06/2018 à 17h45min56s |
Bravo Anne😍, Elyse😊 t a bien décrite : c est tout TOI ! Continue à profiter pleinement la vie 💞 Fonceuse et motivée, tu as fait et vu plus que nous 😉 Bises et belle continuation à vous 2 ! Tinette
Commentez cet article

Référence de l'article : Erreur

Votre nom :

Votre adresse e-mail (elle ne sera jamais affichée) :

Votre site web :

Votre message :

Important : confirmez votre email* :

Suivez-nous sur Facebook !

Insérer une partie suggestions