38e tour de la vallée de la Thur - 24h pour un défi top niveau - Evénements | Plaisir du Sport En Alsace
FB Instagram
Rêver, vibrer, s'épanouir par une lecture différente du sport nature et outdoor en Alsace !
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Bandeau accueil
Les défis en Alsace
Marche sportive
Marcheur_dos_2.jpg

38e tour de la vallée de la Thur - 24h pour un défi top niveau

Marcheur_dos_2

Un maximum de 400 marcheurs.

100% de sportifs ambitieux, courageux, déterminés - pour un taux de finishers compris entre 50 et 60% suivant les années.

Une moyenne d'âge de 43 ans : 82% d'hommes, 18% de femmes (chiffres 2012)

Le tour de la vallée de la Thur, c'est un défi de taille. Une randonnée en mode "ultra". Avec un challenge chronométrique : 24 heures, pour un parcours de près de 100km, avec au moins 3 300m de dénivelée positive à chaque nouvelle saison.

Alain, 43 ans, marcheur confirmé, s'entraîne avec l'objectif d'aller jusqu'au bout de l'édition 2013.

Cette année, 95,954 km pour 4 904m de montées attendent les participants. Une histoire où le mental devra porter jusqu'au bout un corps parfaitement affûté, pour assurer 24h de marche ininterrompue, en semi-autonomie : 24h de Koh-Lanta en pleine montagne...

Prêt pour l'aventure ?

"Un défi de fou" comme le surnomment les participants. Mais sans un peu de folie, aucun dépassement de soi n'est possible.

Un projet unique en Alsace, né de l'initiative du Club Vosgien de la vallée de Saint-Amarin.

À l'origine, seuls une vingtaine de membres du Club Vosgien participaient à ce défi qui n'était pas ouvert au public. Désormais, l'accès est ouvert à 400 participants (avec une priorité donnée aux membres du Club), dans la mesure où chacun respecte "le caractère de convivialité et de franche camaraderie" que le CVSA tient à lui voir conserver.

De ce fait, les coureurs/trailers ne sont pas les bienvenus, ni tous ceux qui prendraient ce défi comme une compétition. D'ailleurs, il n'y a aucune récompense matérielle, aucun palmarès, aucun résultat affiché. La seule trace qui reste est celle imprimée dans la tête : le souvenir - et la satisfaction d'être arrivé au bout, d'avoir tenu le coup, d'avoir partagé la difficulté de l'épreuve et vécu une aventure extraordinaire.

L'édition 2013 attend 400 marcheurs, sur un parcours qui enchaînera 800m de montée puis quasiment autant en descente, puis une nouvelle montée de 1 000m D+ avant d'arriver au premier repas, et de vous rendre compte qu'il reste, malgré l'effort titanesque déjà accompli, encore 2/3 du circuit à parcourir.

Vous êtes toujours partants ? Alors continuons.

La nuit sans dormir se fera à dos de crêtes, et c'est au petit matin que se présenteront les dernières difficultés. Si vous n'avez pas encore rebroussé chemin, je vous donne accès à la carte du défi que vous pourrez  visualiser ici

Une batterie de marches sportives à son actif

95,954km de plus au carnet de route d'Alain, quand on jette un oeil sur ses exploits passés de grand marcheur, ce n'est "presque" rien.

Ce grand bonhomme totalise la bagatelle de 25 000 km - tout de même - et ce chiffre-là ne vaut que pour la catégorie "marches populaires".

Curieux de lieux à découvrir, Alain a enchaîné les marches populaires : dans le Sundgau, dans le Bas-Rhin, en Allemagne, en Suisse, Luxembourg, Belgique, Pays-Bas...

Avec un compagnon de marche devenu un véritable ami, ils sillonnent l'Allemagne et la Belgique à coups de 50km le samedi et 42km le dimanche. Ils réalisent une marche depuis la banlieue de Paris jusqu'à la banlieue de Bruxelles, soit 300km en quatre jours (75km par jour en moyenne), toujours poussés par l'envie de découvertes.

"Une fois par an, nous réalisions un 100km dans le Pays de Bitche, en Moselle. Nous partions le vendredi soir à 20h avec comme objectif de finir en 24h. Mais là, nous le faisions davantage en joggant qu'en marchant, partant du principe que tout ce qui était fait n'était plus à faire - tout en essayant de concilier cette idée avec notre autre devise : qui veut aller loin doit se ménager".

D'autres challenges ont épicé tout son parcours sportif :

- en Belgique, Alain réalise 5 parcours de 50km dans 5 Provinces différentes.

- en Finlande, il participe aux Olympiades IVV et profite d'un ensoleillement maximal début juillet pour randonner "de nuit" (avec un lever de soleil à 2h30) et cumuler 42km de marche, 50km de vélo, 1,5km de natation et 2,5km de ski à roulettes.

- à Ammerschwihr, dans les années '90, il participe, au sein d'un groupe de 25 personnes, aux 42km de marche populaire, un tour le samedi et un autre le dimanche, et ce trois années consécutives...

Avec tout ça, Alain a sûrement déjà fait le tour complet de la Terre, peut-être même au-delà des 40 000km...

Coacher un petit groupe prêt à relever le défi du tour-Thur 2013

Avec un tel parcours sportif, il ne restait plus à Alain qu'à motiver les troupes à se rallier à son projet 2013.

"Partir seul, sur un défi de cette taille, ce n'est pas raisonnable. Il vaut mieux être à plusieurs, afin de ne pas baisser la garde, de se soutenir moralement quand l'un défaille. Et puis il faut s'imaginer après l'épreuve : partir à plusieurs, c'est partager une belle aventure, créer des liens, se fabriquer des souvenirs, des anecdotes..."

Aujourd'hui, une trentaine de personnes se disent motivées pour le suivre.

"Je vais organiser une reconnaissance sur 53km fin mars, afin de valider des groupes de niveau, au minimum binômes".

L'idée fait son chemin depuis l'édition 2012, à laquelle il a vivement souhaité participer, mais trop tard, car toutes les places étaient déjà prises. En vacances en Corse, sur le GR20, avec des amis, il rediscute de l'idée, puis il participe, encore avec des amis, à la marche populaire internationale de montagne, version 42km, de Gérardmer.

Les difficultés, Alain ne les minimise pas. Outre le dénivelé impressionnant et la distance, "il y aura la marche nocturne, le rythme, la période de sommeil réduite - entre 3 et 6h de sommeil - afin de tenir l'échéance".

Presque 100km, c'est une distance à laquelle Alain est bien habitué. Son entraînement à lui, c'est simplement la pratique régulière de la marche. Début janvier, il a ainsi réalisé 8 fois la boucle de la marche populaire d'Ammerschwihr sur deux jours (totalisant 80km), en variant les allures. Une sorte de randonnée en "fractionné" que, parmi le groupe, il a été le seul à tenir jusqu'au bout. Aïe, pour certains, il y a encore du pain sur la planche...

Pour l''équipement minimum indispensable, Alain se réfère à son expérience : "Il faudra prévoir une lampe, suivant la météo, des habits chauds ou au moins un habit de pluie, des barres de céréales, de l’eau…. On aura un endroit où faire la pause dîner et la pause petit déjeuner."

Le Club Vosgien liste également tout le petit matériel indispensable sur son site dans la partie "code du randonneur" : de nombreux bons conseils, pour soi et pour la nature, à respecter autant que possible.

Alain rappelle aussi qu' "il faudra être vigilant une fois le parcours terminé : on aura marché toute la nuit, c'est le mouvement qui nous aura fait tenir. Je déconseille aux randonneurs de rentrer directement après s'ils sont conducteur, il vaut bien mieux dormir sur place au moins 2h avant de reprendre la route…."

Il y a encore plusieurs informations à glâner : logistique, ravitaillement, pauses font encore partie des inconnues.

Mais la première étape à ne pas manquer restera l'inscription, fixée au 1er avril par internet.

D'ici-là, le randonneur aura chaussé plus d'une fois ses chaussures de marche, et parcouru encore quelques (dizaines de) kilomètres.

À bientôt pour faire le point sur la préparation, les étapes, les ultimes participants.

Pour tous ceux que le tour de la vallée de la Thur a conquis et qui souhaitent obtenir plus d'informations, je vous propose de consulter le site du CVSA : ici.

 

Alain et la marche populaire, ça remonte à... très loin !

Alain

Initié par ses parents dès son plus jeune âge à passer le dimanche à la montagne, Alain n'a jamais cessé de randonner. "Sauf par mauvais temps et en hiver, ce jusqu'au jour où nous avons reçu pour Noël des skis... Dès lors, nous n'avions plus aucune excuse : chaussures de randonnée l'été, ski de fond l'hiver !"

La première marche pop' à laquelle la famille participe démarre au 15/2 à Colmar, avec visite de la caserne. Le tour est intéressant, "mais il faut payer, alors une fois oui, mais plus jamais". Ce n'est que 8 ans après cette première marche payante qu'ils récidivent, à Turckheim cette fois, une marche bien sympathique qui les amène en fond de vallée, tout près de la montagne. "On a vu des prospectus pour d'autres marches, et voilà que s'opère le changement : des marches en montagne nous passons aux marches populaires..."

Alain est membre de l'association depuis 25 ans avec 1 200 parcours réalisés.

Le modèle ayant fait ses preuves, il allait de soi que ce père de famille allait le proposer à ses deux filles (de trois et onze ans), qui ont marché sur les traces du papa et ont adopté comme lui le dimanche à la montagne, loin de l'écran télé. 

Pour les motiver, Alain a fait jouer le "passeport", ou "carnet de validation des parcours de marche populaire" qui permet de comptabiliser les kilomètres parcourus et permet d'obtenir des "diplômes" (voir à ce sujet le site : http://www.ffsp.fr/ site de la fédération française des sports populaires).

Alain souligne qu' "une marche populaire, d'abord ça fait sortir et ça permet de découvrir de nouveaux lieux. Ensuite, c'est balisé, impossible de se perdre. Le parcours représente une distance précise (entre 10 et 20km) ce qui constitue un repère efficace pour mes filles. Au final, c'est bénéfique pour tout le monde. Sans oublier qu'on revoit souvent les mêmes personnes qui, au fil du temps, deviennent des amis".


L'auteur,
Elyse Moreigne

Editrice de Plaisir du sport en Alsace, passionnée de langages écrits, nageuse, coureuse et randonneuse, parfois triathlète, engagée pour valoriser la pratique sportive en Alsace en tant que source de bien-être, d'enthousiasme, de dépassement de soi !
.

Cet article n'a pas encore été commenté.

Commentez cet article

Référence de l'article : Erreur

Votre nom :

Votre adresse e-mail (elle ne sera jamais affichée) :

Votre site web :

Votre message :

Important : confirmez votre email* :

Communiquez !

Insérer une partie suggestions